Le marché du travail vit depuis plusieurs années une réelle révolution. Le quotidien professionnel des cadres, particulièrement, se transforme. La crise du Coronavirus (Covid-19) qui a frappé le monde entier début 2020 aura d’ailleurs renforcé certaines transformations déjà à l’œuvre, jouant même parfois un rôle de catalyseur. Retour sur les principaux changements vécus par les cadres à travers les résultats de l’étude Michael Page/IFOP « Les grandes tendances du marché du travail »*.

Pour les cadres, c’est toujours plus, toujours plus vite !

Les cadres, plus que l'ensemble des actifs français, font face à des changements à la fois nombreux et divers dans leur travail. Evolution des tâches et missions, nouveaux modes de travail et de management, intégration de nouveaux outils, application de nouvelles règlementations : la liste n’est pas exhaustive.

Avant la période de confinement, près de 80% des cadres interrogés sur les changements professionnels vécus au cours des 3 dernières années citaient « l’intégration de nouveaux outils de travail ». 70% environ évoquaient l’élargissement de leurs missions et la mise en place de nouvelles règlementations, et plus d’1 sur 2 la multiplication des environnements de travail (télétravail, travail à domicile ou depuis des espaces de co-working, …).

Les changements professionnels : source de stress ou d’épanouissement ?

La mise en place de nouvelles réglementations (RGPD, normes qualité, …), vécue par 67% des cadres, apparaissait particulièrement anxiogène, à l’inverse des items précédents perçus majoritairement comme « sources d’épanouissement ». Ainsi, 58% indiquaient y voir une source de stress réelle, signe du besoin de pédagogie, d’accompagnement ou de réassurance sur cet enjeu particulier, aux implications légales plus prononcées.

De manière générale, si ces changements sont perçus positivement par 64% des cadres qui considèrent que ceux-ci vont « plutôt faciliter leur travail », on observe que plus d’1/3 considèrent que les changements vont « plutôt compliquer leur travail ».

Développement des compétences : les cadres mitigés sur les formations proposées

Ceci soulève, dans un contexte d’évolutions technologiques, réglementaires et organisationnelles rapides, la question stratégique du développement des compétences des cadres et managers. Pour rester performantes et répondre à de nouveaux besoins, les entreprises se doivent de former leurs équipes d’encadrement en continu.

Les cadres français se montrent néanmoins partagés sur la formation professionnelle proposée par leur employeur aujourd’hui. Seuls 52% d’entre eux la jugent efficace dans une optique de développement des compétences en réponse à l’évolution de leurs missions.

A la manœuvre pour revoir les priorités et assurer la continuité opérationnelle des activités durant la crise du Coronavirus, les managers ont été particulièrement sollicités. Dans les entreprises passées au télétravail à temps plein ou en chômage partiel, il s’agissait pour les managers de réinventer le management à distance dans des délais extrêmement courts. Encadrer, animer et motiver les équipes tout en les accompagnant sur le plan opérationnel et en se formant, parfois en même temps qu’elles, à de nouvelles pratiques et à de nouveaux outils permettant le travail collaboratif et à distance (Microsoft Teams, Skype, Sharepoint, Google Drive, Dropbox, …).

>> Lire aussi : Quelles compétences pour faire la différence demain ? 

Futur du travail : les principales évolutions anticipées à horizon de 5 ans sont…

Interrogés sur les évolutions actuelles susceptibles de s’accélérer le plus dans les 5 prochaines années,  les cadres mettent en avant l’automatisation des tâches (27% des citations), l’existence de lieux de travail différents (26%) puis la flexibilité horaire (23%), également souvent associée à la possibilité de travailler à distance.

Le confinement de longue durée provoqué par la crise sanitaire de mars 2020 a généré l’accélération pour de nombreuses structures du déploiement du télétravail. Un déploiement souvent temporaire, effectué avec un niveau de sécurisation parfois peu avancé (questions de cyber sécurité négligées devant l’urgence d’assurer la continuité des activités), mais laissant augurer d’un changement d’approche au sortir du confinement. Cette situation aura amorcé, dans des conditions certes particulières, la démocratisation du télétravail et laissé entrevoir les possibilités de flexibilisation des horaires et des lieux de travail.

>> Lire aussi : A quoi ressemblera le bureau de demain ?

Comment les cadres se projettent-ils dans leur avenir professionnel ?

Dans un marché de l’emploi largement favorable aux candidats, et particulièrement aux cadres (situation de plein emploi), à l’aube de la crise sanitaire du Covid-19, 71% des cadres se montraient optimistes en pensant à leur situation professionnelle dans 5 ans. A nouveau interrogés début mai à quelques jours du déconfinement annoncé, ils ne sont plus que 63% à se montrer optimistes. Le fort ralentissement économique enregistré entre mars et mai 2020 et les effets envisagés à plus long terme sur le marché de l’emploi atténuent le sentiment de confiance dans l’avenir professionnel.

>> En savoir + : Les recrutements face au Covid : état des lieux, secteurs qui recrutent, profils recherchés...

[Infographie] Que nous réserve le futur du travail ? de Michael Page

*Enquête menée avec l’IFOP auprès d’un échantillon de 1824 actifs occupés, dont 1004 cadres en février 2020.
Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus