Seul 1 dirigeant financier sur 2 se déclare satisfait de son poste selon l’étude « Directions financières : quelles perspectives quand les métiers changent ?* » réalisée par Michael Page, en partenariat avec l’association des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG). L’occasion de faire le point sur la façon dont les responsables financiers perçoivent aujourd’hui leur place dans l’entreprise, leurs perspectives d’évolution ainsi que l’avenir de leur profession. 

Considérer son DAF comme un business partner, le secret du bonheur ? 

Si la fonction est de plus en plus reconnue et valorisée au sein des organisations, et notamment des grands groupes, seuls 55 % des dirigeants financiers se disent satisfaits de leur poste. Parmi eux, 73 % estiment qu’ils sont désormais considérés comme de vrais business partners auprès du Directeur Général et des équipes opérationnelles, et 55 % indiquent avoir une implication centrale dans les projets de transformation de l’organisation. 
Le directeur financier est un acteur incontournable. Il donne du sens aux chiffres - pour la direction générale comme pour les opérationnels. Il allie sens de l’écoute et du dialogue, sans parler de ses qualités managériales,
constate Bruno de Laigue, Président de la DFCG.

Dépasser le plafond de verre de l’éternel numéro 2 

À l’autre bout du spectre, 45 % des dirigeants financiers se déclarent non satisfaits. Le manque de reconnaissance de leur travail par leur hiérarchie est un motif d’insatisfaction pour 42 % d’entre eux. Ceci s’explique notamment par un décalage entre la perception de leur employeur et la réalité du quotidien des dirigeants financiers. Ceux-ci doivent en effet régulièrement composer avec des effectifs tendus (turnover et difficultés de recrutement au sein de leurs équipes) et restent tenus de gérer des missions à haut impact stratégique dans le respect des échéances et contraintes réglementaires. 
Autre motif d’insatisfaction : le manque de perspectives professionnelles et d’opportunités de carrière (60,5 %). Au sein des PME par exemple, les évolutions de carrière sont parfois difficiles à envisager au-delà de la Direction Générale ; 20 % des responsables financiers déclarent d’ailleurs que la prochaine étape dans leur carrière est d’occuper un poste de Directeur Général. Pourtant, s’il est certain que les possibilités d’évolution sont plus importantes dans un grand groupe (changement de périmètre ou de filiale – ce à quoi aspirent 21 % des répondants), les dirigeants financiers peuvent en réalité aspirer à un positionnement plus transverse avec l’élargissement de leur champ d’intervention dans tout type de structure. 
On constate que les dirigeants financiers ont un désir d’évolution, que cela soit  de façon verticale ou bien horizontale, en prenant de plus en plus une dimension stratégique aux côtés du DG. Dans tous les cas, pour être pleinement satisfaits dans leur fonction, les dirigeants financiers souhaitent jouer un véritable rôle de business partner,
ajoute Mikaël Deiller, Directeur Michael Page Finance.
Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus