Également appelé Directeur de la recherche clinique ou Directeur de développement médical, le Responsable de développement clinique est le garant du plan de développement des produits de santé, auquel sont rattachées les différentes études cliniques. Ce poste à responsabilité nécessite de nombreuses connaissances techniques mais aussi de solides compétences en management. Michael Page vous propose une fiche métier complète : missions détaillées, formation et diplômes, rémunération et qualités requises. 

Les missions du Responsable de développement clinique 

Le Responsable de développement clinique est chargé de coordonner l’ensemble des projets de développement clinique. Il est le Responsable de la gestion de l’ensemble des interactions externes et internes nécessaires pour la mise en œuvre des essais cliniques. Ses missions sont variées et peuvent se répartir en différents pôles d’action :  

  • Gestion des projets de développement : en tant que coordinateur, il est chargé de gérer l’ensemble des projets de développement des produits de santé, comprenant également les différentes phases d’essais cliniques. Il est le garant du respect des protocoles et des réglementations, de la bonne collecte des données, de la transmission des résultats...  
  • Management : en tant que gestionnaire, le Responsable de développement clinique est à la tête de différentes équipes qu’il doit diriger et former. Il est le garant de l’application des procédures et de la réglementation en vigueur en matière de recherche clinique. De par cette position, il doit donc prendre en charge un certain nombre de missions de ressources humaines (recrutement, évaluation, gestion des budgets…).  
  • Conseil : le Responsable de développement clinique dispose d’une grande expertise médicale qui lui permet de donner son avis sur les recherches cliniques et les recherches scientifiques. Il peut être amené à lire et corriger des rapports périodiques de vigilance et participer à des réunions sur les aspects marketing des projets. 

Dans la majorité des cas, le Directeur d’études cliniques travaille au sein d’un laboratoire pharmaceutique, de plus ou moins grande envergure.  

Formation et diplôme pour accéder à cette fonction 

Le poste de Responsable de développement clinique nécessite une grande expérience médicale et dans la recherche clinique. Pour pouvoir accéder à cette fonction, il est nécessaire de suivre un cursus dans le domaine des sciences et de la médecine. Il est possible de suivre différents parcours de santé. Les trois diplômes recommandés sont :  

  • Le diplôme d’Etat (D.E.) de docteur en médecine : un cursus entre 9 et 11 ans, 
  • Le D.E. de docteur en pharmacie : une formation de 6 ans minimum, 
  • Le PhD en biologie. 

Une fois l’un de ces diplômes validé, il est conseillé de suivre un master spécialisé pour obtenir des connaissances clés en développement clinique, comme :  

  • Le master Santé : avec au choix une spécialité en recherche et organisation de santé ou en recherche clinique ; 
  • Le master Recherche, développement et immunologie, avec une spécialité en développement ; 
  • Le master Biologie, chimie et santé, avec une spécialité en santé-qualité.  

Certaines professions peuvent donner lieu à des passerelles métiers pour accéder au poste de Responsable de développement clinique, comme celui de Directeur des affaires médicales ou pharmaceutiques. 

Le salaire de ce spécialiste du développement clinique 

Le salaire du Responsable développement clinique peut varier en fonction de la taille du laboratoire dans lequel il travaille mais aussi de son expérience. En France, un Responsable développement clinique commence sa carrière avec un salaire brut compris entre 65 et 80 k€ par an. Entre 5 et 15 années d’expérience, il peut espérer percevoir une rémunération annuelle brute comprise entre 80 et 100k€. Passés 15 ans d’expériences professionnelles, son salaire brut dépasse les 100 k€ par an.  

Qualités et compétences pour devenir Responsable de développement clinique 

Pour pouvoir agir comme un véritable manager et coordinateur des différentes études cliniques, il est nécessaire d’avoir de très bonnes capacités relationnelles et une forme de leadership. La rigueur et l’organisation sont également des qualités nécessaires à la fonction, tant les réglementations et le suivi des études cliniques sont précis.  

De bonnes compétences en gestion sont également utiles pour gérer les différents aspects RH inhérents à cette fonction.  

Du côté des compétences, ce sont les connaissances médicales liées à la recherche et au développement des produits de santé qui doivent être acquises. L’expression écrite et orale doivent être d’une grande qualité pour pouvoir dresser des rapports d’études cliniques et participer aux réunions avec les différents interlocuteurs : équipes médicales, équipes marketing, groupes pharmaceutiques…  
 

Articles les plus lus