Les personnes des générations Y, nées entre 1980 et 1995, et Z, nées entre 1996 et 2010, souvent appelées « millennials », bougent les lignes du monde de l’entreprise.. Portés par l’ère du numérique, les réseaux sociaux ainsi que les notions d’immédiateté, d’accessibilité et d’infobésité, les millennials forment une génération dynamique, hyper-connectée, qui impulse une révolution du monde du travail. Alors comment attirer, satisfaire et retenir ces nouveaux travailleurs particulièrement exigeants en termes de bien-être au travail, de développement professionnel et de flexibilité ?

Revoir les pratiques RH dès la phrase de recrutement

Dans le domaine du recrutement, le constat est clair : aujourd’hui, recruter, c’est autant « séduire » que sélectionner. Pour attirer les candidats, de nombreuses entreprises font d’ailleurs preuve de plus en plus de créativité : stratégies de recrutements ludiques et orientées « nouvelles technologies », « serious games », réalité virtuelle… tous les moyens sont bons pour séduire et attirer les millennials ! Attention cependant, car si les générations Y et Z sont friandes de nouvelles technologies, elles sont également particulièrement sensibles aux valeurs de leur employeur et privilégient la transparence. Il est donc crucial d’instaurer, dès le début de la relation, un lien de confiance et de respect mutuel. « Séduire », oui ; « duper », non ! Le processus de recrutement doit ainsi clairement mettre en avant les profits des deux parties. L’employeur doit se montrer transparent quant au fonctionnement de l’entreprise, du poste, de ses missions et des perspectives d’évolution, et doit également cerner la personnalité et les attentes du candidat, afin de pouvoir y répondre au mieux. En tant que cabinet spécialisé dans l’évaluation des talents, nous le constatons tous les jours : si cette évaluation des « softskills », des besoins et des leviers de motivation est de plus en plus fréquente dans les processus de recrutement, elle n’est pas pour autant systématique.

Redonner du sens au travail, favoriser l’apprentissage et l’évolution personnelle

Les millennials veulent exercer leurs savoir-faire et en développer de nouveaux : ils n’aiment pas s’ennuyer. Preuve en est avec le phénomène des « slashers » qui cumulent plusieurs jobs en même temps. Leur vision du travail ne correspond pas uniquement à la notion de « gagner sa vie » mais à un développement continu, une quête de sens ; il est donc crucial de leur donner des possibilités d’évolution et de développement, en accord avec leurs aspirations. Faire progresser, ce n’est pas uniquement promouvoir : c’est aussi proposer des formations, diversifier les projets et les missions, responsabiliser le salarié, récompenser avec des primes, élaborer un plan de carrière…ou tout simplement faire des points réguliers afin de s’assurer de l’adéquation des actions mises en place avec les aspirations du salarié. D’ailleurs, selon notre dernière étude « Les Français et l’Emploi », 82% des 18-34 ans citent comme critère prioritaire, dans leur recherche d’un emploi, le fait de bénéficier de formations.

Par ailleurs, les millennials ont besoin d’exercer une activité en accord avec leurs valeurs et de se sentir utiles. Interrogés sur le sujet dans notre baromètre, 77% des 18-34 ans citent comme important le fait de travailler dans une entreprise éthique. Il est donc essentiel que les entreprises intègrent les problématiques sociétales et environnementales dans leur modèle économique.

Libérer et adapter l’approche managériale

Les générations Y et Z tendent à avoir une vision différente du management. Moins sensibles à l’autorité, ils valorisent principalement les compétences et l’attitude, signes pour eux de légitimité managériale. Ils ont besoin de bénéficier d’une approche managériale participative leur conférant une certaine liberté et plébiscitent le respect (75%) et l’écoute (68%) comme qualités recherchées en priorité chez leur manager. Face à cela, choisir d’adopter un fonctionnement en « mode projet » permet d’évoluer dans un contexte axé davantage sur le collaboratif, dans un cadre plus flexible et plus consultatif qui attire les millennials. Il est important que les employeurs puissent former leurs managers à cette nouvelle approche moins traditionnelle du management : c’est une démarche qui prend du temps et qui nécessite un accompagnement. De nombreux centres de formation, conscients de cette problématique, proposent aujourd’hui différents parcours permettant d’aider les managers à adapter leur approche au mode de fonctionnement de ces nouvelles générations.

Favoriser un environnement de travail épanouissant et flexible

Si le besoin de bien-être au travail n’est pas spécifique aux millennials, il se hisse pour ces derniers en tête des priorités. Le bureau est un lieu de travail mais c’est aussi un lieu de vie et d’épanouissement. Les entreprises qui favorisent les espaces de détente, de repos ou salles de sport sont donc particulièrement attractives pour les millennials. Pour apporter cet aspect ludique à l’environnement de travail, de nombreux employeurs mettent également en place des « incentives » ou team building, voire font appel à un « Feel Good Manager », dont l’objectif est de garantir la cohésion d’équipe et le bien-être des salariés au travail. Enfin, le bien-être passe également par l’ergonomie: les salariés sont de plus en plus attentifs au matériel, à l’état des locaux, aux diverses nuisances et au confort de manière générale. Ils se projetent plus facilement dans une entreprise qui met l’accent sur la notion de santé au travail, notamment via des démarches de prévention des Risques Psychosociaux.

Les millennials souhaitent pouvoir allier travail et aléas de la vie quotidienne. Selon les résultats 2018 de notre baromètre « Les Français et l’Emploi », si 41% des salariés jugent important d’avoir des horaires de travail flexibles pour leur prochain poste, ce pourcentage monte à 46% chez les 18 – 29 ans et à 51% chez les 30 – 34 ans. Ces générations hyper-connectées attendent, de plus, de retrouver un environnement professionnel reflétant le monde dans lequel ils ont grandi : flexible, réactif, rapide... Les employeurs peuvent, grâce à des solutions informatiques et technologiques, permettre aux salariés d’avoir des horaires adaptables, de travailler en « home-office » ou télétravail, depuis des lieux de travail différents ou encore en flex-office où le salarié n’a pas de bureau attitré. Des structures spécifiques de consulting et de conseil existent pour accompagner les entreprises dans la mise en place de ces méthodes de travail et l’optimisation de celles-ci.

En conclusion…

Vous l’aurez compris, les millennials sont une génération de salariés au caractère bien trempé et aux exigences affirmées ! Si leur environnement de travail ne leur convient pas, ils n’hésiteront pas à s’envoler vers de nouveaux horizons,. Alors, adapter son entreprise aux exigences des millennials, est-ce un retour sur investissement durable ? Oui, puisque le turn-over représente toujours un coût pour un employeur, que les générations Y et Z ne sont que les précurseurs des futurs actifs qui entreront sur le marché du travail et qu’il y a fort à parier que ces derniers seront autanti, voire plus, exigeants que leurs prédécesseurs ! N’oublions pas, par ailleurs, que les millennials favorisent des évolutions dans les entreprises, les rendant ainsi plus « en phase » avec les transformations du monde actuel...

Article rédigé par Annick Eliasson, Chargée d'évaluation, Page Assessment.

Vous recrutez et souhaitez un accompagnement sur vos problématiques RH ?

Nos experts de Page Assessment, spécialisés dans le conseil RH, vous proposent des solutions RH sur-mesure. 

Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus