Les RH disposent de nombreux moyens pour embarquer toute l’organisation dans le processus de transition écologique. D’après notre livre blanc « Les RH au cœur de la transition écologique »*, voici 5 leviers qui peuvent être activés facilement, ainsi que des pistes d’actions.

1. Consulter les salariés sur votre stratégie environnementale

Il est crucial de s’assurer que les salariés comprennent bien la stratégie environnementale mise en place par l’entreprise. Pourquoi ? Pour évaluer comment ils perçoivent l’action de l’entreprise vis-à-vis de l’environnement ; Pour écouter leurs remarques, suggestions et répondre à leurs questions ; Pour faire connaître toutes les initiatives menées et faciliter ainsi le dialogue entre les différents départements.

PISTES D’ACTION

  1. Mener des entretiens groupés ou individuels
  2. Lancer des sondages et questionnaires anonymes internes
  3. Établir des moments d’écoute et de dialogue

>> Lire aussi : Top 5 des priorités des DRH pour construire l'entreprise d'après.

2. Communiquer en interne sur votre démarche environnementale

Il est nécessaire que les salariés soient bien informés et à jour sur la stratégie environnementale de l’entreprise, ses objectifs, ses avancées ou ses évolutions.

PISTES D’ACTION

  1. Communiquer de manière régulière plutôt que ponctuellement. Une communication annuelle sur le sujet ne sera, par exemple, pas suffisante si vous souhaitez embarquer vos salariés et les investir sur le sujet.
  2. Être authentique et transparent, notamment sur les progrès qui restent à accomplir. Votre discours doit être aligné avec la réalité de la trajectoire climatique de l’entreprise sous peine de ne pas être bien perçu par vos salariés.
  3. Cibler vos communications sur des sujets précis. Exemple : « toolkit pour agir à l’échelle de son métier pour la transition écologique ; « comment investir son épargne salariale dans des fonds au service de l’environnement » ; etc.
  4. Diversifier les formats (mémo, vidéo, podcast, présentation, etc.) et canaux utilisés (mail, intranet, réseau social d’entreprise, road show, etc.) afin de maximiser la portée de vos messages.

>> Regarder notre webinar : Marque employeur : pourquoi et comment incarner une politique RSE ?

3. Outiller les collaborateurs pour qu'ils puissent mener des actions environnementales

Afin que chacun puisse agir à son niveau, il est essentiel de fournir les bons outils à vos collaborateurs.

PISTES D’ACTION

  1. Proposer des formations sur les sujets environnementaux et les pratiques durables. Idée d’initiative : former les salariés au concept de sobriété numérique, pour qu’ils sachent par exemple comment utiliser leurs équipements informatiques correctement pour prolonger leur durée de vie.
  2. Encourager vos salariés à calculer leur empreinte carbone (par exemple via un outil en ligne) pour les sensibiliser à cette logique et aux ordres de grandeur en jeu.
  3. Mettre à leur disposition des argumentaires sur certaines positions de l’entreprise vis-à-vis de l’environnement. Peu d’entreprises sont aujourd’hui alignées avec un monde à +2 degrés - elles devront l’être aussi vite que possible et doivent avoir déjà engagé leur transition en ce sens, mais chacune doit savoir gérer la phase intermédiaire et ne pas oublier, dans ce contexte, que chaque salarié est un représentant de l’entreprise à l’extérieur. Or ce n’est pas à chaque salarié de se fabriquer soi-même un argumentaire face aux questions et remarques reçues en externe.

>> Lire aussi : Comment réussir sa conduite du changement en entreprise ?

4. Aider les salariés dans leurs initiatives et engagements sur l’environnement

Les RH ont un rôle pivot à jouer dans l’organisation.

PISTES D’ACTION

  1. Identifier les obstacles rencontrés par les salariés pour se mobiliser et tenter de les lever. Par exemple : aider les collaborateurs engagés à disposer d’une salle réservée chaque mois pour se retrouver ; ou encore, faire connaître à tout nouvel arrivant les groupes formels et informels de salariés sur l’environnement.
  2. Valoriser et féliciter les salariés qui mènent des actions et des initiatives. Idée : mettre en place un programme spécifique pour les identifier et leur apporter du soutien, que ce soit par des formations pour les faire monter en compétences, ou par le développement d’une logique de communauté, qui leur permet d’échanger entre eux, de se partager les bonnes pratiques, et de progresser ensemble. C’est aussi un moyen de valoriser leurs connaissances et leurs engagements, et de les faire reconnaître par l'entreprise. Enfin, cela vient servir de relais de la stratégie RSE dans les différents métiers.
  3. Gérer et anticiper la montée de salariés-acteurs voire activistes au sein de l’entreprise. Un nouveau type d’activisme se développe chez des collaborateurs de tout niveau hiérarchique. Si au départ, les demandes étaient très basiques (supprimer les gobelets en plastique par exemple), elles viennent aujourd’hui parfois questionner certaines activités de l’entreprise et leur compatibilité avec l’environnement. Faire l’autruche en estimant que ce genre d’interrogations n’a pas lieu dans un cadre professionnel ne résoudra rien et mieux vaut donc nouer le dialogue. Idée d’action : instaurer des rendez-vous réguliers avec les salariés concernés afin d’entendre leurs préoccupations et revendications.

>> Lire aussi : Comment faire face à la résistance au changement ?

5. Inciter les collaborateurs à agir pour l’environnement

Un nombre croissant d’entreprises intègre des objectifs environnementaux dans les objectifs individuels et dans les rémunérations variables - pour le top management, mais aussi parfois pour des ensembles de salariés, pour accélérer l’implication de tous. Les critères varient selon les entreprises : par exemple, certaines ont choisi d’indexer à hauteur de 5% la prime d'intéressement des salariés sur la bonne réalisation d’une formation au changement climatique. Pour des gestionnaires d’actifs financiers, l’entreprise peut retenir le critère de l’intensité carbone d’un portefeuille. Toute la question est de savoir quels critères retenir et comment les mesurer.

PISTES D’ACTION

  1. Proposer une réunion avec les personnes en charge de la RSE pour démarrer la réflexion si elle n’est pas déjà ouverte. Il sera ensuite plus facile de commencer sur un périmètre limité : par exemple, le top management, pour donner l’impulsion. Pour le reste de l’entreprise, la réflexion sur les bons indicateurs devra se faire avec la RSE et chaque catégorie de métiers et ses représentants, en lien avec les KPI de la stratégie environnementale de l’entreprise.

Enfin, plus globalement pour piloter au mieux ces idées d’actions, l’une des clefs se jouera dans la conduite du changement. Or c’est justement l’un des rôles importants des RH. Comme pour le digital, la conduite du changement sera capitale pour réussir sa transition écologique.

Vous souhaitez en savoir plus sur le rôle des RH dans le processus de transition écologique ? Téléchargez notre livre blanc réalisé en partenariat avec Axa Climate et Le Lab RH !

ebook transition écologique
 

Vous cherchez à recruter ?

Souhaitez-vous nous faire part de vos besoins en recrutement ?

Contactez-nous

Etude de rémunérations 2022

Salaires pratiqués, secteurs qui recrutent, compétences recherchées : retrouvez toutes les tendances du marché de l'emploi

Téléchargez notre étude

Articles les plus lus