Adepte des chiffres et des calculs, le Biostatisticien exploite les nombreuses données collectées par les laboratoires et permet de rationaliser les travaux de recherche médicale.
Le Biostatisticien contribue à la conception et au développement des méthodologies biostatistiques utilisées dans les études pré-cliniques, cliniques ou épidémiologiques, et analyse les données chiffrées relatives à la biologie pour en extraire les informations utiles et les interpréter, afin d’aider l’équipe de recherche à prendre des décisions. 
Découvrez les différentes missions de ce spécialiste des mathématiques et de la biologie, la formation nécessaire pour atteindre cette fonction, la rémunération moyenne de ce poste et les qualités requises pour envisager ce métier, dans cette fiche métier proposée par Michael Page. 

Missions du Biostatisticien 

La mission principale du Biostatisticien est de trier et analyser les données récoltées dans le cadre de la recherche médicale lors d’essais cliniques, d’études bactériologiques… Il est notamment chargé de relever les informations importantes et de les interpréter pour mettre en lumière les résultats d’expériences et de recherches, afin de les rationaliser et de les appuyer par des chiffres concrets. 
Il travaille en contact avec des équipes pluridisciplinaires : biologistes, chercheurs, médecins, … 
Au quotidien, il apporte son expertise en mettant à profit ses connaissances en statistiques, biologie, santé ou encore informatique. Il est régulièrement amené à :

  • Concevoir de nouvelles méthodes biostatistiques,
  • Rédiger des rapports de statistiques, des plans d’analyse statistiques ou encore des protocoles,
  • Livrer des interprétations des rapports statistiques,
  • Gérer des bases de données et analyser leur contenu. 

Le Biostatisticien peut travailler dans différents types de structures publiques ou privées : 

  • Laboratoires privés, 
  • Instituts de recherche publics, 
  • Grandes entreprises des secteurs de la santé, du pharmaceutique et de la bio-informatique,
  • Agences de consulting,
  • Associations hospitalières.

Formation et diplômes pour devenir Biostatisticien 

Pour devenir Biostatisticien il est nécessaire de suivre une formation après le bac qui mêle les mathématiques et la biologie. Pour cela, différentes études sont envisageables :

Des Masters 2 en statistiques, mathématiques appliquées, informatique, statistiques, biostatistique ou économétrie

Formation bac+5 d’ingénieur en biostatistique ou sciences économiques.

De plus, il est nécessaire d'avoir une première expérience en essais cliniques pour pouvoir devenir Biostatisticien.

Rémunération moyenne

La rémunération du Biostatisticien varie en fonction du type de structure dans laquelle il travaille, mais aussi de son expérience professionnelle. En tant que débutant, il peut espérer percevoir un salaire mensuel brut compris entre 1600€ et 3300€. Lorsqu’il obtient le statut cadre avec des années d’expériences à son actif, il peut espérer une rémunération entre 3700€ et 6600€ brute mensuelle. 

S’il désire évoluer, le Biostatisticien peut par la suite se tourner vers des métiers tels que Data manager, Directeur biométrie, Responsable projet R&D ou encore Epidémiologiste. 

Qualités et compétences 

Devenir Biostatisticien nécessite avant tout d’être parfaitement à l’aise avec les chiffres et les mathématiques. L’exploitation des données chiffrées représente une part importante de ses missions. 

De solides connaissances en biologie et en santé de manière plus globale sont également impératives pour pouvoir comprendre, analyser et exploiter au mieux les données récoltées lors des études cliniques et projets de recherche. 

Pour réussir dans sa fonction, ce professionnel doit également avoir un fort esprit d’équipe et être doté de capacités relationnelles, afin d’entretenir des échanges constructifs et fluides avec les différentes personnes qu’il côtoie au sein de son service mais aussi dans le corps médical (biologistes, médecins et pharmaciens notamment). 

L’organisation et la rigueur sont également des qualités nécessaires pour pouvoir s’épanouir en tant que Biostatisticien et concevoir des rapports statistiques complets, détaillés et précis. 

Il doit aussi savoir maîtriser des logiciels statistiques (logiciels SAS (Base, Macro, Stat, Graph) et « R »; les logiciels d’analyse des langages de programmation, modélisation) dont il apprendra les caractéristiques et fonctions au cours de sa formation. 

Un bon niveau en anglais est souvent requis, car le Biostatisticien est amené à exploiter des données provenant de recherches diverses, pouvant être réalisées en anglais. Il doit donc avoir un niveau professionnel avec une maîtrise particulière du vocabulaire technique de la santé et de la biologie.  

Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus