D’origine anglo-saxonne, ce métier s’implante progressivement en France, notamment dans les activités industrielles à hauts risques : chimie, pétrole, spatial, poudres et explosifs… Selon l’AMRAE (Association pour le Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise), environ 370 cadres l’exercent aujourd’hui à plein temps dans de grandes entreprises. Il existe aussi des Consultants indépendants spécialisés dans l’audit d’assurances auprès des PME / PMI. Les Risk Managers (Managers des risques) suivent la même tendance que dans la souscription: les volumes de recrutement restent limités. Même si quelques postes se sont libérés au sein d’importantes sociétés suite à des départs, il y a globalement beaucoup plus de candidatures que de postes à pourvoir.

Rôle et missions du Risk Manager

Le Risk Manager ne travaille pas pour une société d’assurance, mais pour une grande entreprise. Il conseille la Direction générale sur la meilleure façon de gérer les risques fortuits (accident, incendie, vol…) et les dangers liés à des décisions stratégiques (lancement d’un produit, programme d’investissement…). En ligne de mire, il s’agit de réduire l’impact financier de tous les événements aléatoires qui pourraient survenir:

  • Le Risk Manager traque et quantifie la totalité des risques inhérents à l’activité de l’entreprise afin de donner aux décideurs les éléments d’information nécessaires pour qu’ils évitent de faire fausse route,
  • Il joue un rôle de prévention. Il peut, par exemple, prescrire l’installation d’un système de protection pour lutter contre le piratage informatique ou encore l’ajout d’une clause sur un contrat commercial pour éviter une éventuelle contestation d’ordre juridique,
  • Il fait office d’interlocuteur vis-à-vis des sociétés d’assurances en négociant avec des Courtiers et des Agents généraux pour mettre au point des garanties spécifiques et trouver les meilleurs tarifs.

Le Risk Manager est traditionnellement rattaché au Directeur Administratif et Financier ou au Directeur juridique. Cependant, il peut arriver qu’il soit directement rattaché au Directeur général.

Formations et expérience – le profil du Risk Manager

Il n’y a pas de profil type. La formation initiale peut être soit technique (école d’Ingénieurs), soit commerciale (école de commerce ou 3ème cycle spécialisé), soit juridique (DESS / Master 2 en droit des assurances). Le plus important est d’avoir une première expérience professionnelle liée au secteur d’activité de l’entreprise.

Le Risk Manager doit avoir l’esprit en éveil, être constamment à l’écoute de ce qui se passe dans son entreprise et ailleurs. Il faut aussi être capable d’argumenter et de convaincre car il n’a, à lui seul, aucun réel pouvoir de décision. Enfin, la maîtrise de l’anglais constitue un plus car la fonction comprend souvent une dimension internationale.

Il est encore trop tôt pour définir des parcours d’évolution. De par ses compétences, on peut néanmoins estimer que le Risk Manager n’aura que l’embarras du choix pour s’orienter, s’il le souhaite, vers le consulting indépendant, l’expertise technique au sein d’une société d’assurances ou encore la reprise d’une agence ou d’un cabinet de courtage.

Rémunération et évolution de salaire du Risk Manager

Les rémunérations, attractives avec le temps, sont composées essentiellement de fixes.


 

0 à 2 ans

2 à 5 ans

5 à 15 ans

 Risk Manager / Responsable Risques

- 45-55 55-85

Retrouvez tous les salaires dans notre étude de rémunérations.

Articles les plus lus