Il n’est pas toujours simple de résumer plusieurs années d’expérience dans un modèle classique de CV. Mais même un cadre supérieur a besoin d’un CV personnalisé en complément d’un profil LinkedIn optimisé, et ce, quel que soit son secteur d'activité. En effet, que vous soyez approché par un recruteur ou que vous soyez en recherche active d’emploi, cet outil vous sera toujours demandé au cours du processus de recrutement. Combien de pages ? Quels détails mentionner ? Quelle structure privilégier ? Voici un rapide coaching pour créer un CV adapté à vos expériences professionnelles. 

Quelle forme adopter ?

Avec 10 ans d’expérience ou plus, un CV de deux voire trois pages maximum est tout à fait toléré. Au-delà, le recruteur peut se demander si un effort de synthèse suffisant a été réalisé pour valoriser votre parcours professionnel. A noter que pour les cadres et dirigeants expérimentés, le CV peut davantage être considéré comme une carte de visite que comme un outil pour être recruté. Côté présentation, la sobriété est de rigueur : pas de couleurs vives, une police unique et pas de gras à outrance. Pour plus de simplicité, vous pouvez télécharger des modèles de documents aux designs épurés. Une fois terminé, privilégiez le format pdf. Enfin, gardez à l’esprit que pour les profils de cadres supérieurs, les recruteurs sont encore plus exigeants sur la mise en forme. Exit donc les coquilles, l’espace en trop ou pire encore la faute d’orthographe.

Quelles expériences indiquer ? 

Il est recommandé de ne pas vous attarder sur vos premiers postes, d’autant plus si l’expérience n’est pas significative ou en adéquation avec le poste convoité. Pour les dernières expériences, mentionnez le secteur d’activité, les effectifs gérés et les missions dont vous étiez responsable en prenant soin de les illustrer avec des données chiffrées. Ces dernières rendront plus concrets le résultat de vos actions et vos responsabilités. En d’autres termes, il vous faut afficher votre valeur ajoutée plus que les détails opérationnels, signe que vous avez pris la hauteur exigée pour occuper un poste à responsabilités. Enfin, même s’il vous faut rester synthétique, attention à ne pas négliger l’ensemble de votre parcours au regard des derniers mois. A contrario, si votre recherche d’emploi est motivée par une certaine lassitude dans votre poste actuel, ne minimisez pas votre dernière expérience.

Que faire des rubriques « formation » et « centres d’intérêt » ?

Si la rubrique « formation » doit absolument être détaillée sur un CV de jeune diplômé, ce n’est pas le cas pour un CV de cadre expérimenté. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faut passer sous silence cette rubrique. La formation académique compte dans le processus de recrutement, même si, après plusieurs années d’expérience, elle n’est plus un critère prioritaire de sélection. Une ligne ou deux suffiront donc amplement. . En revanche, si vous avez récemment effectué un MBA ou suivi un MOOC, indiquez-le et précisez ce que cela vous a apporté. Enfin, contrairement à ce qu’on pourrait penser, la rubrique « centres d’intérêt » qui conclut généralement le CV a son importance, et ce, même pour un cadre expérimenté. En effet, les recruteurs accordent de plus en plus d’attention à des éléments qui permettent d’en apprendre davantage sur la personnalité du candidat. Si vous pratiquez des activités extra-professionnelles qui traduisent des compétences comportementales transposables au monde de l’entreprise, n’hésitez pas à les indiquer.
>> Et pour simplifier vos recherches d’emploi, téléchargez notre nouvelle application mobile, disponible sur Google Play ou sur Apple Store.

Articles les plus lus