Baisse de motivation, niveau de stress plus important, … 66% des Français déclarent que la crise sanitaire a eu un impact négatif sur leur santé mentale, selon notre dernière étude*. La pandémie aura permis de lever (enfin) le voile sur le sujet encore tabou de la santé mentale au travail. Bien qu’il s’agisse d’un enjeu clé pour la bonne marche des organisations, près des ¾ des répondants déclarent que leur employeur n’a mis en place aucune action pour les soutenir sur le plan psychologique. Face à ce constat, et parce qu’ils sont en première ligne, les managers se placent aujourd’hui comme les nouveaux gardiens du bien-être de leurs équipes. Mais comment endosser ce nouveau rôle ? Voici 4 conseils.  

1. Apprenez à écouter vos collaborateurs pour libérer la parole    

Près de la moitié des salariés indiquent ne pas se sentir à l’aise pour parler de leur santé mentale avec leur manager (48%). Pourquoi ? Honte, peur d’être stigmatisés ou réduits à leurs problèmes personnels, nombre de salariés, pourtant en souffrance, préfèrent se taire et faire semblant que d’exprimer leurs ressentis. Afin d’aider au mieux les membres de votre équipe à s’exprimer, il est primordial de pratiquer l’écoute active et de vous montrer empathique. Pour cela, n’hésitez pas à partager vos propres problèmes. En vous montrant plus « humain », cela encouragera vos salariés à se confier davantage et permettra de trouver des solutions avant que de plus gros problèmes surgissent. 47% des salariés attendent d’ailleurs une meilleure communication avec leur manager quant à une gestion plus optimale du temps et des tâches.  

>> Lire aussi : Comment développer son intelligence émotionnelle ? 

2. Créez des temps d’échanges dédiés pour demander à vos collaborateurs comment ils vont

Pour écouter et trouver des solutions ensemble, encore faut-il créer le moment idéal. Les entretiens de performance n’ont pas vocation première à traiter de ces questions. Privilégiez plutôt des temps d’échanges formels ou informels dédiés - par téléphone, visio ou directement au bureau lors d’un café, d’un déjeuner ou d’une réunion d’équipe en petit comité - afin de demander tout simplement à vos collaborateurs comment ils se sentent. Pensez à demander à chacun des membres de votre équipe comment il va au moins une fois par semaine, même de manière informelle. La moitié des salariés pensent en effet que leur manager porte peu d’intérêt à leur bien-être psychologique.  

  >> Lire aussi : La gestion des risques sanitaires et psycho-sociaux, au cœur des nouvelles priorités des DRH

3. Garantissez à votre équipe un bon équilibre entre vie pro/vie perso 

Un bon équilibre de vie est le meilleur remède au burn-out ! Horaires à rallonge, connexion le week-end, … : un membre de votre équipe met en péril sa santé mentale ? Vous devez adopter une posture managériale claire face à ces dérives : la priorité est donnée à la santé. L’action la plus plébiscitée par les salariés pour l’amélioration du bien-être et de la santé mentale se trouve être la flexibilité (52%). Pour cela, voyez avec eux les ajustements qui leur permettraient de gérer au mieux leur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle (télétravail, horaires flexibles, mobilité, etc.). Enfin, aidez-les à déconnecter vraiment, sans culpabiliser. Pendant leurs vacances ou le week-end, vos salariés doivent se sentir libres de couper complètement le contact avec le travail. Il va de soi que vous devez donner l’exemple en incarnant ces valeurs. Comment en effet écouter un manager qui mettrait lui-même sa santé mentale en danger ? 

>> Lire aussi : 3 conseils pour préserver sa santé mentale au travail

4. Apprenez à détecter les signes pour prévenir les risques psychosociaux 

Lorsqu’il n’est pas pris à temps, le syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out peut avoir de graves conséquences (accidents de travail, suicides, …). C’est pourquoi, certaines manifestions chroniques, tant physiques que psychologiques, doivent vous alerter.  

Exemples de signes physiques : 

  • Troubles du sommeil  
  • Maux de dos ou de tête 
  • Problèmes digestifs  
  • Irritations cutanées  
  • Perte ou prise de poids significatif  
  • Addictions diverses (tabac, alcool, drogue, ...) 

Exemples de signes psychologiques : 

  • Troubles de l’attention et de la concentration 
  • Pertes de mémoire 
  • Baisse de la confiance en soi 
  • Autodénigrement permanent 
  • Repli sur soi 
  • Surinvestissement  
  • Emotivité exacerbée  
  • Sautes d’humeur… 

L’un de vos collaborateurs présente un ou plusieurs des signes énoncés précédemment ? Discutez avec lui afin de recueillir les raisons de son mal-être et mettre en place ensemble des solutions (aménagement de son poste, besoin de formations, etc.). Le cas échéant, invitez-le à consulter un professionnel de santé (médecin du travail, psychologue, etc.) qui déterminera s’il a besoin d’un arrêt de travail ou d’un accompagnement. 

>> lire aussi : Comment prévenir les risques de burn-out au sein de son équipe ?  

*Enquête PageGroup sur la santé mentale menée entre mars et juillet 2021 sur 324 répondants. 

Join over 80,000 readers!
Receive free advice to help give you a competitive edge in your career.