La question de la rémunération est un sujet incontournable au cours du processus de recrutement. Celle-ci est généralement calquée sur une fourchette salariale relative au poste convoité. Quelle est votre réelle marge de manœuvre et comment négocier vos prétentions salariales à votre avantage ?

Comment définir une fourchette salariale ?

La fourchette salariale représente l’écart entre le salaire minimal et le salaire maximal attribué pour une fonction. Avant de négocier votre salaire, il est important de savoir dans quelle catégorie salariale vous vous situez, afin de pouvoir définir la fourchette de salaire dans laquelle vous pourrez vous positionner. Celle-ci dépend de nombreux critères relatifs à l'emploi auquel vous vous portez candidat. 

Pour définir la fourchette salariale, les employeurs se basent sur des études concernant les rémunérations pratiquées sur le marché. Ces études regroupent des tranches salariales relatives à une fonction, dans des industries comparables, au sein d'une même région. Nous invitons les candidats à inclure également ces outils dans leurs réflexions. Ces études, qui se basent sur données de rémunérations issus de nombreuses entreprises, fournissent un référentiel réaliste et régulièrement mis à jour.

À l'instar de la mission à accomplir, le niveau d'études du candidat, ses compétences, ses connaissances, ainsi que son expérience permettent par ailleurs aux employeurs de définir un niveau de rémunération.

S'il faut schématiser, la fourchette salariale permet de refléter les besoins comme les attentes de l'employeur et doit pouvoir refléter vos aspirations.

Quelle réponse à la question : « Quelles sont vos prétentions salariales » ?

Aborder la question du salaire en entretien d'embauche peut être déstabilisant lorsque l'on n'est pas préparé. Vous devez cependant veiller à ne pas rester silencieux ou évasif lorsque cette question vous est posée. En effet, cela peut traduire un certain manque de confiance dans vos capacités ou un manque de connaissance du marché de l'emploi.

Avant toute chose, vous devez savoir qu’il n’y a pas de réponse type à cette question, tant chaque cas est unique. Pour autant, il est nécessaire de formuler une fourchette brute en tenant compte de multiples critères.

Il faut en premier lieu tenir compte du salaire mentionné dans l'annonce, lorsqu'il l'est. N'y voyez toutefois pas un critère de rémunération définitif. Et d’autant que chez les profils cadres, comme nous l’indiquions plus haut, bien d’autres critères, liés à l’expérience, aux compétences et aux responsabilités notamment, entrent en jeu.

En second lieu, votre rémunération actuelle est un critère à ne pas négliger. L'obtention d'un salaire plus avantageux est l'une des raisons qui poussent les cadres à changer d'employeur. La négociation salariale doit toutefois prendre en compte les différents avantages potentiellement proposés par l’entreprise (voiture de fonction, meilleure couverture de soins, bonus, participation, intéressement, etc.).

Par ailleurs, les grilles salariales de votre secteur d'activité sont souvent disponibles sur Internet. Des sites tels que Glassdoor ou Payscale permettent de se faire une idée de la rémunération par secteur et par industrie. Les forums de discussion sont aussi des sources d'informations relativement fiables, qu'il convient cependant de recouper.

Quelle est la vraie marge de négociation d'un recruteur ?

Même si certaines offres font mention d'un salaire défini, une marge de négociation est toujours possible. Outre la consultation de sites spécialisés dans la rémunération, vous devez établir vos besoins (logement, alimentation, etc.) et définir un salaire en dessous duquel vous ne sauriez accepter l'offre.

A la fin de l'entretien, vous disposez généralement d'éléments plus concrets relatifs au poste à pourvoir et à l’entreprise, et si votre profil est convaincant, vous avez un avantage supplémentaire pour négocier. À cet effet, comme évoqué plus haut, proposez toujours une fourchette salariale plutôt qu'un montant précis. Définissez une fourchette brute supérieure de 10 à 15 % au salaire que vous visez. Par exemple, si vous partez sur une estimation de 30 000 euros bruts, proposez une fourchette de 30 000 à 35 000 euros bruts.

Dans ce jeu de négociation, la marge de l'employeur dépasse rarement les 10%. Toutefois, à certains postes spécifiques où les talents sont rares, cette marge peut exceptionnellement monter à 20%. Il sera parfois intéressant de poursuivre la négociation au niveau des avantages. En effet, lorsque la marge de manœuvre est faible en termes de salaire fixe, l'extra salarial peut s'avérer très intéressant.

Découvrez les clés pour une négociation réussie en entretien.

Articles les plus lus